Printemps du Cinéma jour 2 : Hacker et The Voices

Hello !

Eh oui, déjà de retour, avec le 2ème jour du Printemps du Cinéma ! Au programme aujourd’hui, 2 film : Hacker et The Voices.

IMG_20150326_114428[1]

Here we go !

Hacker

affiche-79

Après le piratage d’une centrale nucléaire en Chine et de la bourse de Chicago, le FBI et le gouvernement chinois s’allient pour démasquer le hacker à l’origine de ces attaques. Le capitaine Lien Chen décide alors de faire appel au hacker Nick Hathaway, avec qui il avait créé le code responsable de ces attaques. Nick purge une peine de 13 ans de prison et accepte d’apporter son aide en échange de sa remise en liberté s’il arrive à démasquer le hacker. 

Ce film est réalisé par Michael Mann, avec Chris Hemsworth, Tang Wei, Wang Lee-Hom et Viola Davis dans les rôles principaux.

Pour être franche, si je suis allée voir ce film, c’est parce que c’était le Printemps du Cinéma et parce que Chris Hemsworth y tient le rôle principal. Autant vous dire que je n’attendais pas grand-chose de Hacker : je n’en avais vu aucune bande-annonce, juste quelques images et des critiques plutôt élogieuses. Pourquoi pas après tout ? J’adore Chris Hemsworth que j’ai découvert dans le film La cabane dans les bois, un peu avant qu’il ne devienne Thor. Il ne me déçoit pas dans ce film, même si franchement j’ai parfois eu du mal à le trouver crédible en hacker… Les rôles secondaires sont tenus par 3 acteurs que j’aime beaucoup : Viola Davis (de la série How to get away with murder, que je vous conseille très fort !), Tang  Wei et Wang Lee-Hom. Donc au final, même si ce film ne casse pas des briques pour moi, il se laisse regarder et les péripéties s’enchaînent plutôt bien.

La scène d’introduction est franchement IMPRESSIONNANTE : on y voit l’arrivée et l’action d’un virus au sein même d’un ordinateur. Le procédé est renouvelé une autre fois quelques minutes après. On se retrouve happé à l’intérieur d’un système informatique et la caméra suit le virus, avec rapidité et fluidité. Je me suis crue dans une attraction made in Disneyland, j’avais presque envie de voir cette scène en 3D pour encore plus d’immersion. J’ai adoré cette scène et je ne pouvais pas ne pas vous en parler !

Pour ce qui est du film en lui-même, on est face à un thriller plutôt classique dans sa construction : qui est le méchant, quel est son but, comment l’arrêter ? La plupart des péripéties sont attendues et facilement devinables, mais ça passe plutôt bien. La première partie se concentre sur le côté hacking de l’histoire, la recherche du big bad, le rythme est soutenu et très bien appuyé par la musique, très lourde et présente. J’ai été moins convaincue par la 2nde partie, qui s’éternise un peu trop à mon goût et qui nous entraîne dans un film de vengeance. Le personnage féminin principal est plutôt sympa et même si on voit venir à des kilomètres son histoire d’amour avec Nick, son rôle ne se limite pas à celui de l’intérêt amoureux du héros. Et c’est plutôt cool.

En résumé, je ne regrette pas d’avoir vu ce film, mais je ne pense pas le revoir, ni l’acheter à sa sortie en Blu-Ray. Je suis contente, j’ai eu ma dose de Chris Hemsworth avant la sortie du prochain Avengers le mois prochain (c’est bientôt c’est bientôt c’est bientôt j’en peux tellement plus d’attendre ce film si vous savieeeeeez !!! Maintenant vous savez.). Hacker c’est un peu ce genre de film qu’on voit au cinéma, qui est sympa mais dont on ne garde pas un souvenir impérissable. Mais c’était vraiment pas mal quand même, et mieux que ce à quoi je m’attendais. Si vous avez envie d’un film sympa à voir entre amis ou juste pour vous divertir, allez-y ^^ !

bande-annonce

The Voices

affich_26816_1

Jerry est employé dans une société de fabrication de baignoires. Il a 2 animaux de compagnie : Monsieur Moustache, un chat, et Bosco, un chien. Monsieur Moustache et Bosco lui parlent et lui servent de conscience. Jerry aime beaucoup Fiona, une de ses collègues. Jerry vit dans son monde et ce qui semble être une petite folie douce va se révéler bien plus sombre que cela…

Ce film est réalisé par Marjane Satrapi, avec Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick et Jackie Weaver dans les rôles principaux.

Ce film… Ce film m’a complètement retournée, j’en suis sortie bouleversée et un peu sous le choc. Je ne m’attendais pas à cette histoire ni à être autant touchée. La bande-annonce laissait présager une comédie à l’humour noir acéré, mais The Voices est un film à la fois drôle, poétique, triste, choquant et violent. Ryan Reynolds livre une prestation très juste, tout en finesse et jamais dans la caricature. C’est également lui qui assure le doublage pour les voix des animaux. Je vais un peu spoiler le sujet principal du film à partir de maintenant, du coup si vous voulez en savoir le moins possible avant de voir ce film, arrêtez votre lecture ici, filez voir The Voices et revenez ensuite ! Et si vous vous en fichez de connaître un peu plus l’histoire, continuez donc votre lecture ^^ !

The Voices n’est pas seulement l’histoire un peu rigolote d’un homme qui parle à ses animaux. C’est aussi et surtout l’histoire d’un homme qui souffre de troubles mentaux sévères et qui a arrêté de prendre son traitement. L’univers que l’on voit tout autour de Jerry est celui que lui voit lorsqu’il ne prend pas ses cachets : tout est très coloré et lumineux, très ordonné, propre, rangé, Monsieur Moustache et Bosco parlent. Quand Jerry recommence à prendre son traitement ou que l’un des personnages voit son appartement, l’image change complètement : tout devient terne, sombre, sale, le chat et le chien redeviennent des animaux comme les autres. Tout vivre du point de vue de Jerry est la très bonne idée du film : on est constamment avec lui, on comprend ses émotions, ses actions (même si on ne les approuve pas), on est dans son monde. 

Attention, j’ai quand même bien ri : le chat se permet de dire des horreurs et a une espèce d’accent russo-espagnol qui sort d’absolument nulle part. Ryan Reynolds a fait du très bon boulot pour le doublage des animaux. Les réactions décalées de son personnage en début de film sont aussi assez drôles, mais une fois que j’ai compris qu’il était en fait très malade, j’ai eu du mal à rire pour de bon, c’était plutôt des rires nerveux. Les réactions dans la salle étaient d’ailleurs radicalement différentes : la moitié des personnes riaient aux éclats en permanence, tandis que l’autre était, comme moi, déboussolée et perturbée par ce qui se jouait sur l’écran. La réalisatrice reste en permanence sur le fil entre humour noir et réalité brute, le choix est laissé au spectateur de rire, de hurler, d’être touché, ou juste de rester bouche-bée.

La fin du film est poignante, mais le générique m’a fait exploser de rire, je pense que toute la pression liée au film est retombée d’un coup face à cette espèce de comédie musicale hyper enjouée et sur-colorée. Je pense qu’il s’agit d’un de mes génériques de fin de film préférés de tous les temps, j’ai eu la chanson en tête pendant une bonne partie de la soirée.

The Voices n’était pas le film que je m’attendais à voir, et je pense que ce n’est pas plus mal. Je le mets sur ma liste des coups de cœur de 2015, car même s’il m’a perturbée et chamboulée, c’est ce que j’attends d’un film : ressentir des émotions auxquelles je ne m’attends pas forcément, être surprise et bousculée dans mon confort de cinéphile. Et c’est exactement ce que fait très bien The Voices. Si vous n’avez pas peur d’être poussé(e)s dans vos retranchements ou d’être surpris par un film, je ne peux que vous conseiller d’aller voir The Voices. Ayez bien en tête qu’il s’agit de bien plus qu’un film avec des animaux qui parlent et tout devrait bien se passer ^^ !

bande-annonce

Et voilà, c’est tout pour ce 2ème jour de Printemps du Cinéma ! On se retrouve demain avec un dernier article, sur 2 films qui parlent artistes et imposture. Quels sont ces films à votre avis ? Avez-vous vu Hacker ou The Voices ? Avez-vous envie de les voir ? A demain !

Publicités

5 réflexions sur “Printemps du Cinéma jour 2 : Hacker et The Voices

  1. Très bon article. Tu résumes à mon avis avec justesse le travail fait sur « Thé vouces ». En ce qui me concerne j’ai eu du mal à rire et je me sentais profondément triste. Cette horrible et sinistre réalité que fuit le personnage pour retrouver les couleurs de sa folie lui font commettre des actes terribles qui ne font que l’anéantir d’avantage. Que de victimes dans ce film qui me paraît raconter quelque chose de malheureusement commun! Jai découvert avec « The voices » que je ne pouvais pas rire de tout et j’en ai été surprise car je pense malgré tout que le sujet à été intelligemment traité 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s