NOUS TROIS OU RIEN. « Et achète-moi des fleurs. » « …Pourquoi ? » « Parce que tu m’aimes. »

Bonjour tout le monde !

Le blog reprend (enfin !) du service. Je suis désolée de l’avoir laissé à l’abandon, mais j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à écrire ces derniers mois, allez savoir pourquoi. Mais je suis bien de retour, et aujourd’hui je vous parle d’un de mes films coup de cœur de cette année :

Nous trois ou rien

nous trois ou rien affiche

C’est parti !

Nous trois ou rien est une comédie dramatique française de et avec Kheiron, et également Leila Bekhti, Zabou Breitman, Gérard Darmon et Alexandre Astier, entre autres.

Nous trois ou rien raconte l’histoire des parents de Kheiron, Hibat et Fereshteh Tabib, 2 jeunes Iraniens qui ont milité pour la démocratie dans leur pays avant d’être obligé de fuir pour la France avec leur fils.

Comme le dit Kheiron dans la bande-annonce : « ce film n’est pas inspiré d’une histoire vraie, C’EST une histoire vraie. » Celle de ses parents. Et, pour moi, la plus belle déclaration d’amour qu’il aurait pu leur faire. Tout simplement. Comme il le répète à longueur d’interviews (ma préférée c’est celle de madmoiZelle, dans laquelle on apprend plein de trucs sympa. Genre ses parents lui cachaient la télécommande quand ils partaient en week-end ou en vacances. Je me suis sentie carrément moins seule grâce à cet aveu mignon, merci Kheiron.), dans ce film, TOUT EST VRAI. Et heureusement, parce que sinon je n’y aurais tout simplement pas cru.

Nous-trois-ou-rien-2

Il s’agit aussi d’un premier film, et quel premier film ! Je suis passée du rire aux larmes presque en permanence tout au long de la séance. Le film nous embarque du début à la fin dans cette histoire à la fois poignante, pleine d’événements pas franchement marrants, et en même temps presque légère.

Leila Bekhti est, comme toujours, absolument parfaite (à l’image de tout le  casting d’ailleurs). On pourrait lui demander de jouer une tasse de thé qu’elle réussirait à rendre ce rôle passionnant, poignant et gagnerait un Oscar au passage. J’en suis sûre. J’avoue que je ne savais pas trop quoi attendre de Kheiron, le connaissant plus pour Bref et sur scène. Au bout de quelques minutes j’ai pourtant fini par oublier qu’il était Kheiron et je n’ai plus vu que Hibat, son père, un des hommes les plus gentils du monde. Sans exagérer.

J’ai eu un peu peur que Kheiron se concentre plus sur son père et moins sur sa mère. J’ai eu tout faux. Fereshteh est très présente dans le film, au même niveau que Hibat. C’est une femme qui a du caractère, elle sait ce qu’elle veut (ou pas), elle aime profondément son fils et son mari. Et, en même temps, elle a sa propre vie, son métier, son caractère, ses opinions. Elle fait ses propres choix et les assume jusqu’au bout. Elle reste aux côtés de Hibat et fuit l’Iran avec lui parce qu’ELLE le décide (cette scène est d’ailleurs magnifique et donne lieu à un très beau dialogue, complètement représentatif du film : à la fois drôle et émouvant.). Elle est à l’image des autres femmes du film, qu’il s’agisse de sa mère ou du personnage de Camélia Jordana (qui joue très très bien). Toutes les femmes de ce film sont des femmes fortes, chacune à sa manière.

Alexandre Astier, quant à lui, interprète le Shah d’Iran. Ce personnage est montré sous un jour caricatural : il est presque comme un sale gosse à qui on essaierait de retirer un jouet. Sauf qu’il voudrait bien le garder son jouet, parce qu’il l’aime beaucoup beaucoup. Ce ridicule assumé ne fait que renforcer l’impression que les régimes totalitaires ne servent que très peu de personnes : les tyrans et leur entourage.

Bien sûr, Nous trois ou rien résonne d’une manière spéciale après les attentats qui ont frappé Paris la semaine dernière. Voir Hibat et Fereshteh découvrir un Paris de carte postale ou entendre les personnages parler d’une fusillade dans un restaurant laisse un sentiment étrange et les larmes ont vite fait de monter. Mais cet aspect ne doit pas occulter le combat des parents de Kheiron, que ce soit en Iran ou en France : le droit à la démocratie, au savoir, à la liberté. Le droit de pouvoir offrir une « belle » vie à ses enfants, à sa famille, à ses amis. Car, même si le film se concentre (forcément) sur la notion de famille, les amis ne sont jamais bien loin, en Iran comme en France. Les personnages de ce film sont presque tous (oui, on enlève le Shah et l’ayatollah Khomeini) des gens profondément gentils et bons, et, sur ce point, Nous trois ou rien m’a fait penser à Lars and the real girl. L’histoire n’a absolument rien à voir, mais on retrouve dans ce film la même notion de gentillesse que dans Nous trois ou rien. Et ça fait un bien fou.

PBQFZ

Grâce à Nous trois ou rien, on rit, on pleure, on rit ET on pleure en même temps et à la fin du film on a le sourire qui veut rester accroché sur le visage alors qu’on a encore les yeux pleins de larmes. C’est la première fois que je vois une standing ovation hors avant-première en présence de l’équipe d’un film. Bon, moi je ne me suis pas levée, j’ai juste timidement applaudi, trop occupée à reprendre mes esprits et à réaliser que je venais peut-être de voir le meilleur film de l’année (oui, quand je réagis à un film en général je ne le fais pas à moitié. J’ai littéralement fini en position fœtale sur mon siège pour Alabama Monroe et Mommy. Voilà.). Les moments les plus difficiles peuvent faire rire, les moments d’émotions ne sont jamais trop appuyés et l’émotion peut venir d’une petite minute de silence, au cours duquel on ne dit rien mais on comprend tout.

Kheiron, si tu passes par là (ce dont je doute très fort, mais on ne sait jamais) : merci pour ce film. Tes parents sont des gens merveilleux. Des films comme ça, je veux en voir tout le temps. Voilà.

Et je vais m’arrêter là, parce que sinon je vais juste continuer à écrire encore et encore et vous n’aurez même pas eu le temps de finir la lecture de cette revue que le film ne sera déjà plus à l’écran. Est-ce que j’ai vraiment besoin de l’écrire ? Allez, courez voir Nous Trois ou Rien !!! C’est de ce genre de film dont on a besoin en ce moment, dont on a besoin tout le temps en fait. J’ai essayé de vous en dire le moins possible sur les scènes, sur l’histoire, pour que vous puissiez les découvrir au maximum (évitez les interviews promo si possible, certains journalistes spoilent vraiment sans vergogne).

Bande-annonce

J’espère vous avoir donné envie d’aller voir Nous Trois ou Rien. Si vous l’avez vu, qu’en avez-vous pensé ? Comptez-vous aller le voir ? A quels films cela vous fait-il penser ? Avez-vous des films sur le même thème à me conseiller ?

On se retrouve en la semaine prochaine avec un nouvel article, faites attention à vous et allez au cinéma, lisez des livres, voyez des films et des séries, tricotez, sortez, faites ce que vous aimez quoi 🙂 ! Bonne fin de semaine !

Publicités

3 réflexions sur “NOUS TROIS OU RIEN. « Et achète-moi des fleurs. » « …Pourquoi ? » « Parce que tu m’aimes. »

  1. Oh tiens je découvre ce film avec ton article, et j’ai trop envie d’aller le voir maintenant 😀 Celui-là, et James Bond, et Hunger Games, mais bon rien à voir en fait … Love ❤

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère que tu iras le voir, te connaissant je pense vraiment que tu devrais aimer, ça véhicule plein de belles choses 🙂 ❤ (par contre, le dernier James Bon, je l'ai trouvé vraiment pas terrible ^^'…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s