Spotlight.

Bonjour tout le monde !

J’espère que vous passez une bonne semaine ^^. Maintenant que j’ai repris le blog et l’écriture, on ne m’arrête plus ! Et aujourd’hui on va continuer (et finir) sur la lancée des films récompensés au Oscars, avec Spotlight. Ce film a reçu 2 Oscars : celui du meilleur scénario original et celui du meilleur film. Et il s’agit d’un de mes gros coups de cœur de ce début d’année, je ne pouvais donc pas ne pas vous en parler.

photo04

Here we go !

Spotlight est un film américain réalisé par Tom McCarthy, avec Mark Ruffalo, Michael Keaton, Leiv Schreiber, Rachel McAdams, John Slattery et Stanley Tucci dans les rôles principaux.

Spotlight est le surnom d’une équipe de 4 journalistes d’investigation au sein du journal le Boston Globe. Le film raconte une de leurs enquêtes, au début des années 2000, qui a révélé l’existence d’un réseau de prêtres pédophiles à Boston et leur a valu un prix Pulitzer.

Comme je l’ai écrit plus haut, Spotlight est un de mes films coup de cœur de ce début d’année, et j’étais plus que ravie quand j’ai appris qu’il avait remporté l’Oscar du Meilleur Film. En effet, un Oscar (ou un César) signifie une durée de vie prolongée dans les salles de cinéma et un plus large public touché par le film. Et, vu le sujet traité, ça ne peut pas faire de mal.

Spotlight raconte de manière rigoureuse et très réaliste l’enquête de ces 4 journalistes d’investigation. J’ai vu le film avec un ami étudiant en école de journalisme, et il m’a confirmé que certaines méthodes d’investigation étaient bien celles qu’il apprenait en cours. Selon lui, le film pousse même le réalisme jusque dans le style vestimentaire des personnages : rien d’excentrique, du basique, du simple, du fonctionnel. Ce style vestimentaire est d’ailleurs à l’image de tout le film. La mise en scène est très simple et donne au film un aspect presque documentaire. Spotlight n’a pas besoin d’en faire des tonnes dans sa mise en scène, dans le jeu de ses acteurs : l’histoire se suffit à elle-même. D’où une mise en scène efficace et travaillée sans jamais être tape-à-l’œil. En fait, Spotlight évite de tomber dans les travers que j’ai reprochés à The Revenant. Bien sûr, ces 2 films ont des objectifs très différents et peuvent difficilement être comparés. Mais, les ayant vus à moins d’une semaine d’écart, je n’ai pas pu m’empêcher de faire ce parallèle.

Ce que j’ai également beaucoup aimé, c’est que Spotlight ne nous montre pas un monde faits de journalistes parfaits et blancs comme neige face à une méchante Eglise et de méchants vilains avocats. La réalité est bien plus complexe que ça et les responsabilités sont partagées. Pendant tout le film, l’équipe de Spotlight se questionne au fur et à mesure des découvertes. En effet, leur enquête prend une ampleur à laquelle ils ne s’attendaient pas et la question fatidique finit par tomber : « comment est-il possible que personne ne sache rien, comment a-t-on pu ne jamais être mis au courant de cette histoire ? » Justement les gars, on vous a déjà peut-être avertis dans le passé…

1297809_backdrop_scale_1280xauto

Au cours de leur enquête, les journalistes de Spotlight sont amenés à interroger des victimes de prêtres pédophiles. Ces victimes sont maintenant adultes et se font appeler des survivants. Stanley Tucci joue un avocat qui tente de plaider leur cause, sans grand succès, et qui, malgré tout, refuse de les abandonner. Ces témoignages sont poignants et montrent bien le pouvoir que peuvent exercer les prêtres et l’Eglise : on comprend comment les victimes sont choisies (et ce n’est clairement pas par hasard…), comment elles sont réduites au silence, comment elles tentent de s’en sortir.

Les acteurs sont tous très bons, Mark Ruffalo en tête (je ne suis pas objective, mais j’assume). Tout comme pour la mise en scène, ce n’est pas leur performance qui compte, mais l’histoire qu’ils racontent. Le but n’est pas ici de livrer la performance d’une vie mais de se mettre au service du scénario, des personnages qu’ils incarnent.

Spotlight-1024x594

Bande-annonce

Je ne peux que vous conseiller d’aller voir Spotlight tant qu’il est encore en salle. C’est ce genre de films presque documentaires qui, malgré un sujet très lourd, évite l’écueil du tire-larme qui aurait pourtant été si facile à utiliser. Non, ici, les faits sont montrés et démontrés pour ce qu’ils sont, avec réalisme et humanité. Et vous ? Vous avez vu Spotlight ? Qu’en avez-vous pensé ? On se retrouve ce week-end avec un article un peu spécial, qui risque d’être assez long, mais qui me tient particulièrement à cœur. Bonne fin de semaine ^^ !

Publicités

2 réflexions sur “Spotlight.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s