TAG : les grandes questions lecture.

Hello tout le monde !

Trêve d’articles ciné, aujourd’hui je vous propose un article TAG, que j’ai vu sur la chaîne de mon amie LemonJune et qu’elle a créé. Vous pouvez aller le voir juste ici. Elle y reprend pas mal de questions chères aux lecteurs et lectrices que nous sommes : PAL, jolies couvertures de livres, panne de lecture, être lecteur et la peur des classiques. J’ai plein de choses à vous dire sur tous ces sujets, donc faites-vous une tasse de thé et préparez-vous de quoi grignoter, c’est parti !

IMG_20160228_140525
Bibliothèque et double dose de TARDIS

PAL : tu l’aimes grosse ou petite ? 

On va tout de suite attaquer le premier sujet, histoire d’évacuer cette angoisse de toujours : la PAL, ou pile à lire. Ce sont ces livres qui attendent sagement (ce sont des livres, je doute qu’ils fassent la java comme les jouets dans Toy Story. Quoique…) d’être lus. Elles peuvent être plus ou moins volumineuses, selon les achats compulsifs du mois, voire de la semaine (qui ? moi ? …), les trouvailles en occasion, les emprunts à la bibliothèque, aux amis, à la famille, les livres que l’on veut relire, etc. Les livres que l’on veut relire. LE PIÈGE. J’évite personnellement de comptabiliser le nombre de livres présents dans ma PAL. Mais d’après une estimation totalement scientifique et certaine (j’ai jeté un coup d’œil à ma bibliothèque quoi), je dirais que j’en ai une bonne quarantaine. Pas énorme mais pas non plus une toute petite PAL donc. J’aime savoir que j’ai pas mal de livres dans ma PAL, parce que du coup je suis toujours sûre d’avoir quelque chose à lire ^^’…

Sans titre.png
Quand ta PAL devient hors de contrôle.

Je dois avouer que je ne connaissais pas le concept de la PAL quand j’ai créé ce blog. C’est en allant voir différents blogs et au fil de mes lectures que cet acronyme m’a tapé dans l’œil. Et avec lui la notion de challenge littéraire : ce mois-ci j’ai tant de livres dans ma PAL, je vais lire tous les livres de YA, de SF, policiers, etc. On commence à se fixer des buts de lectures, et c’est là que pour moi la PAL peut devenir problématique. En effet, je déteste lire un livre parce que c’est obligatoire et que je me l’impose sans raison « valable ». Pour moi, lire reste avant tout un plaisir (sauf quand il s’agit d’une lecture pour les cours). C’est toujours bien de se fixer des objectifs, mais je suis plus du genre à lire au fil de mes envies : parfois je vais lire un livre d’une traite, d’autres fois ma lecture va traîner sur plusieurs jours à plusieurs mois. Ça rejoint ce que je disais plus haut et peut expliquer que ma PAL soit assez fournie : je lis souvent plusieurs livres en même temps et avoir un nombre conséquent de livres dans ma PAL me permet de me sentir assez libre dans mes choix de lectures. Après, je comprends totalement les gens qui ont besoin d’être très organisés dans leurs lectures et qui se ont besoin de se fixer des objectifs. Ce n’est juste pas ma manière de fonctionner ^^.

 Et vous, votre PAL, elle ressemble à quoi ?

Les jolies couvertures de livres

Ah, les jolies couvertures de livres… je dois dire qu’il peut m’arriver craquer pour un livre seulement parce que j’aime sa couverture. Il est ainsi fortement possible que j’ai acheté The Profession of Violence, qui a inspiré le film Legend avec Tom Hardy, presque seulement parce qu’il y avait 2 Tom Hardy sur la couverture. Voilà voilà… Mais quelques déconvenues m’ont amenée à ne plus faire une confiance aveugle à ces jolies couvertures pour choisir mes lectures. Après tout, on ne juge pas un livre à sa couverture, n’est-ce pas ? Pour moi, le but d’une couverture n’est pas d’être jolie, mais plutôt de correspondre à l’identité du livre, à ce qu’on va retrouver à l’intérieur de celui-ci au cours de la lecture. Par exemple, je n’attends pas de la couverture d’un livre de Stephen King qu’elle soit jolie, mais qu’elle me fasse peur, qu’elle soit dérangeante. Je serais plutôt du genre à craquer pour de belles éditions quand il s’agit de mes livres favoris, les Jane Austen et Harry Potter en tête (ce coffret HP tellement beau mais TELLEMENT CHER qui me fait de l’œil à la librairie Mollat…). Même chose pour certains classiques : j’ai par exemple plusieurs éditions des Liaisons Dangereuses, du poche à la Pléiade en passant par des éditions trouvées en occasion.

IMG_20150819_213832[1]
Viens lire Stephen King, on se marre bien.

Pour moi, le rôle d’une couverture, en dehors de donner le ton du livre, c’est d’intriguer le potentiel lecteur, de le pousser à feuilleter un peu l’ouvrage, de lui donner envie de lire le résumé. La couverture d’un livre n’est que la porte d’entrée dans un nouvel univers, tout comme le titre. Je dois d’ailleurs avouer que je serais plus du genre à acheter un livre parce que le titre m’a tapé dans l’œil, plutôt que la couverture.

Et vous, comment choisissez-vous vos lectures ?

A quel point ces jolies couvertures de livres peuvent influencer vos choix ?

La panne de lecture

Eh oui, même lorsqu’on aime lire et qu’on a une bibliothèque pleine de livres, la panne de lecture peut arriver. Un peu comme le syndrome de la page blanche pour les écrivains. Et là, en général, c’est l’angoisse : je n’ai plus rien à lire, je n’ai pas envie de lire, aucun de tous ces livres n’a l’air d’être assez bien pour être lu, qu’est-ce qui m’arrive ??? Petit moment de panique donc. Mais, vous savez quoi ? Ce n’est pas grave ! Ça m’est déjà arrivé pas mal de fois : j’ai beau vouloir bouquiner, rien ne me fait envie, que je fouille ma bibliothèque de fond en comble ou que j’aille chercher l’inspiration en librairie. Aucune couverture, aucun titre, aucun résumé ne semble assez intéressant pour que je m’y plonge. Et, dans ces moments-là, je préfère ne pas insister : c’est que j’ai besoin d’une pause, l’envie de lecture reviendra toute seule. J’ai déjà essayé de me forcer à lire quelques chose qui ne me plaisait pas vraiment alors que j’étais en panne de lecture, croyez-moi, ce n’est vraiment pas une bonne idée. Et puis, pendant ce temps, je peux toujours rattraper le retard pris sur mon planning séries ou cinéma…

Mais le truc bizarre chez moi avec la panne de lecture, c’est que, comme je l’écrivais un peu plus haut, j’ai quand même envie de lire. Y a pas à dire, je suis d’une logique infaillible. Je n’en ai jamais eu ma claque de bouquiner, je n’ai jamais fait une overdose de lecture. Pour moi, la panne de lecture c’est plutôt d’être incapable de trouver une lecture qui pourrait potentiellement me plaire. Du coup, je vais avoir tendance à me réfugier dans des lectures « doudous », et en particulier les enquêtes d’Hercule Poirot : je relis encore et toujours les mêmes livres, et pourtant, il peut arriver que même ces livres ne me semblent plus si bien que ça. Dans ces moments-là, j’essaie de me forcer à ne pas aller en bibliothèque ou en librairie et je laisse tomber pendant quelques temps. Sinon, c’est le meilleur moyen de se dégoûter de la lecture : s’imposer quelque chose qui est à la base un loisir, un plaisir, n’est, à mon avis, jamais une bonne idée.

Et vous, vous avez déjà vécu une panne de lecture ?

Que faites-vous quand ça vous arrive ?

C’est quoi un lecteur ?

Un lecteur, c’est quelqu’un qui lit. Merci Captain Obvious Wéro, ça c’est de la réponse concise et limpide ! Plus sérieusement, la question sous-entendue ici est plutôt : c’est quoi un bon lecteur ? C’est exactement le genre de question qui a le don de m’énerver un chouia… Et avec cette notion de « bon » lecteur, on aborde aussi la question de la honte d’être lecteur et des genres littéraires. En effet, certains genres seraient « meilleurs », tandis que les autres ne seraient que des sous-genres, des lectures honteuses, moins intéressantes. Ceux qui me viennent à l’esprit en premier seraient les romans dits « jeunesse », la chick-lit ou encore la bit-lit, voire même les romans policiers. Et ne parlons même pas des livres d’horreur… Pourtant certains romans jeunesse font partie des plus beaux livres que j’ai pu lire. Je pense notamment à la saga A la croisée des mondes, de Philip Pullman, qui m’a profondément marquée et que je relis régulièrement. Cette saga aborde des thèmes très adultes et ne prend pas les enfants et les ados pour des idiots, elle peut se lire à n’importe quel âge. Ce n’est pas parce qu’un livre met en scène des enfants ou des ados que les thèmes abordés ne seront pas intéressants ou traités de manière intelligente. J’aborde la lecture comme le cinéma ou les séries : tant que l’univers créé est intéressant, bien fait, s’assume en tant que tel et que je suis embarquée dans l’histoire, tous les sujets peuvent me plaire et me captiver. Par exemple, ce mois-ci, mes achats livres et DVD ont tourné autour d’œuvres dites « jeunesse » : Audrey retrouvée de Sophie Kinsella, Le jeu du maître de James Dashner et la première saison de la (GÉNIALE) série The 100. Ma bibliothèque contient tous types de livres, pour moi le plus important n’est pas de « bien » lire, mais de lire ce que j’aime, selon mes humeurs, mes envies, mes centres d’intérêt, voire mes convictions. Et je veux me sentir libre d’aimer ou pas mes lectures : être lecteur ne signifie pas tout lire et tout aimer, c’est aussi garder son esprit critique.

En dehors des genre littéraires proprement dits, certains « types » de livres seraient mieux que d’autres. Et là, on a la phrase typique et tellement clichée : « Telle personne n’aime pas lire. Il/elle ne lit que des BD. C’est déjà pas mal. Mais j’aimerais quand même qu’il/elle lise de vrais livres ». Alors. Comment dire. NON. Les bandes-dessinées sont de VRAIS livres. On y retrouve énormément de styles différents, du dessin aux thèmes abordés en passant par les genres. J’ai souvent l’impression que BD = lecture pour ados. Un peu comme pour les dessins animés : une BD ou un dessin animé ne sont pas forcément destinés à des enfants ou à des ados. Ce n’est pas parce qu’il s’agit de dessin ou d’animation que ces œuvres ne peuvent pas être matures et s’adresser à un public adulte ou encore aborder des thèmes parfois très complexes.

FB_IMG_1425854853687
Exemple de lectrice. (oui, c’est moi)

Quand on est lecteur, le plus important n’est pas de lire les livres primés, les classiques, les livres à la mode, ou encore de ne lire que des « vrais » livres papier (la liseuse c’est cool aussi), mais bien de choisir ses lectures comme on l’entend. Chacun est sensible à différents type de littérature, de format, de support. Et ce n’est pas la quantité de livres lus à la journée, au mois, à la semaine, voire à l’année, qui fait la qualité du lecteur. Ni ses lectures.

Et pour vous, c’est quoi un lecteur ?

Qui a peur du grand méchant classique ?

Les classiques, ces œuvres que l’on devrait tous et toutes avoir lu, ou dont on a au moins entendu parler une fois. Ce genre de livres peut paraître impressionnant et on peut avoir peur de s’y attaquer : crainte de ne pas être à la hauteur de ce livre, de ne pas l’apprécier à sa juste valeur, voire carrément de ne pas aimer. Parce que, si c’est un classique, c’est forcément une lecture que l’on doit apprécier non ? Eh bien justement, pas forcément, et encore heureux ! Le dernier classique que j’ai lu était Le portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. Et même si j’ai apprécié ma lecture, je n’ai pas non plus été complètement transportée. Je n’ai jamais pu lire un livre de Zola, et ce n’est pas faute d’avoir essayé ! Mais rien à faire, impossible d’accrocher à ce style d’écriture… Par contre, et ça je ne m’y attendais pas, je ne me lasse pas de lire et relire Les 3 Mousquetaires.

La plupart des classiques que j’ai lus, ce sont ces vieux livres jaunis, cornés, que j’ai découvert en fouillant dans la bibliothèque familiale. J’empruntais (de manière plus ou moins définitive…) aussi pas mal de livres à ma cousine. Je n’avais pas conscience à cette époque de lire des classiques, donc aucune pression au cours de ces lectures. Et, comme vous l’avez peut-être remarqué au cours de cet article, les lectures obligatoires et moi, ça fait 2… Avant d’attaquer un classique, je ne sais jamais trop comment aborder ma lecture. J’hésite toujours entre tenter de lire ces œuvres comme des livres lambda ou me laisser aller à une lecture plus analytique, histoire de comprendre pourquoi ce livre est devenu un classique. Je vais être du genre à me renseigner sur l’auteur, son époque, à aller chercher des analyses de l’œuvre en question. Mais attention : qui dit classique ne dit pas forcément pavé comme Guerre et Paix ou l’intégrale de Zola. Pour moi, certains romans policiers d’Agatha Christie sont des classiques, Dix Petits NègresLe Meurtre de l’Orient Express ou encore Le Meurtre de Roger Ackroyd en tête. Même chose pour la saga Harry Potter, qui fait partie des classiques de la littérature jeunesse ou Ça, de Stephen King, classique des romans d’horreur. Chaque genre littéraire possède ses classiques et l’image poussiéreuse que l’on se fait souvent de ces livres crée un confinement que je trouve tout de même dommage.

Et vous, peur du méchant classique ou pas du tout ?

Et c’est tout pour cet article, si vous êtes arrivés jusqu’au bout, bravo, parce que c’était quand même un petit peu long… J’espère que ce type d’article vous plaît, j’aimerais beaucoup en faire un peu plus dans ce style. L’idée est vraiment de partir sur des discussions avec vous, donc n’hésitez pas à partager votre avis et vos opinions dans les commentaires. J’ai hâte de vous lire et de vous répondre ^^. Et si vous voulez vous-même participer à ce tag, allez-y, je lirai vos articles avec plaisir ! On se retrouve bientôt avec de nouveaux articles littérature, séries et films, j’ai plein de choses à vous raconter. Bonne semaine à tous et toutes et à bientôt ^^ !

Publicités

5 réflexions sur “TAG : les grandes questions lecture.

  1. Bel article ! Personnellement, j’aime les classiques (attention pas tous !) car ils sont en général vraiment bien écrits et qu’ils traitent le plus souvent de sujets universels, ou qu’au contraire, ils sont novateurs. Mais j’apprécie aussi un grand nombre d’autres livres. Je partage complètement ton avis au sujet de la littérature de jeunesse qui ne doit pas être méprisée : il existe d’excellents romans pour les ados, qui deviendront peut-être des classiques ; je pense par exemple aux magnifiques romans de Pierre Bottero (et je ne parle même pas de Harry Potter !). L’important c’est que parmi tous les genres littéraires et tous les styles des auteurs, chaque lecteur puisse y trouver son compte de bonheur, non ? 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et bienvenue sur le blog ^^ !
      Tu as très bien résumé la ligne directrice de tout cet article, au travers des différentes questions : le plus important c’est de lire les livres que l’on aime 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s