The 100. « May we meet again. »

Hello tout le monde !

J’espère que vous allez bien et que le dernier article vous a plu ^^. On change totalement de sujet aujourd’hui, avec un nouvel article série. Ça fait un moment déjà que j’ai très envie de vous parler de la série The 100 et que j’ai cet article en tête. The 100, c’est un peu la série qui commence par être un plaisir coupable (mais genre vraiment coupable). Et qui a fini par devenir ma série préférée du moment. Ni plus ni moins. Voilà, ça pose un peu la place du truc dans mon cœur et ma vie. La saison 3 vient de s’achever, je me suis donc dit que c’était le moment idéal pour vous en parler et faire un petit bilan des saisons écoulées.

The100_showpage_758_426_81_s_c1

Here we go !

The 100 est une série actuellement diffusée sur la chaîne américaine The CW. En France, les 2 premières saisons ont été diffusées sur France4. Elle a été créée par Jason Rothenberg, avec Eliza Taylor, Marie Avgeropoulos, Bob Morley, Devon Bostick, Christopher Larkin, Ricky Whittle, Lindsey Morgan, Paige Turco, Henry Ian Cusick et Isaiah  Washington dans les rôles principaux (ça en fait du monde). Il s’agit de l’adaptation de la série littéraire du même nom, écrite par Kass Morgan.

97 ans après une apocalypse nucléaire sur Terre, les derniers survivants vivent en orbite autour de la Terre, dans l’Arche, vaisseau composé de 12 stations spatiales. Les ressources (nourriture, oxygène) commencent à manquer. Décision est donc prise d’envoyer 100 jeunes délinquants sur Terre, histoire de voir si celle-ci est redevenue viable ou non. Ce qui est le cas. Les 100 ont ordre de rejoindre Mount Weather, un ancien abri nucléaire. Sauf qu’ils ne sont pas seuls sur Terre : des survivants sont toujours là et ce ne sont pas vraiment des bisounours…

Bande-annonce

Voilà pour le synopsis de base et la bande-annonce. Pour être franche avec vous, en revoyant ce trailer pour la saison 1, je me rends compte que c’était VRAIMENT pas gagné avec moi… L’impression de tomber sur une énième série pour ados pleine de triangles amoureux et de gens beaucoup trop propres (au sens propre comme au figuré) malgré une idée de base plutôt intéressante et intrigante. Cet à-priori venait aussi de la chaîne américaine sur laquelle est diffusée The 100 : la CW. Il s’agit en effet d’un network (chaîne non câblée dépendant de la publicité) qui se traîne une réputation de chaîne pour ados pas forcément tip-top. Mais attention, comme je le disais dans un de mes précédents articles TAG : qui dit public ado ne dit pas forcément programmation débile et toute pourrie. En effet la CW a aussi diffusé une de mes séries cultes : Veronica Mars. Et diffuse actuellement une autre série que j’aime de tout mon petit cœur de sérievore : Supernatural (qui s’essouffle pas mal depuis quelques saisons, je le reconnais). On n’est donc jamais à l’abri d’une bonne surprise avec la CW. Et la chaîne a pris un tournant assez inattendu avec quelques nouvelles séries, dont The 100, que j’adore littéralement : iZombie, The Flash ou encore Jane the Virgin. C’est la série Arrow qui a amorcé ce changement, première adaptation d’un comic de chez DC, et au ton assez sombre (j’aime bien cette série mais sans plus). Après cet aparté, commençons donc à parler de The 100 !

The_100

 J’ai regardé les premiers épisodes en trouvant ça sympa mais pas transcendant, la série étant en partie exactement ce que je craignais : triangles amoureux, romances, gens beaucoup trop propres. Et des personnages assez caricaturaux et pas franchement intéressants. Chaque épisode faisait un peu « épreuve / découverte de la semaine », on peinait à trouver une vraie ligne directive à l’histoire. Mais comme je suis du genre à persister (et que le personnage de Lincoln m’avait tapé dans l’œil), je me suis dit que j’allais au moins finir cette première saison. ET QU’EST-CE J’AI BIEN FAIT. Au-delà des aspects pénibles de cette première saison, d’autres thématiques bien plus intéressantes apparaissent et certains personnages ont une évolution assez géniale, Octavia et Murphy en tête. Le vrai tournant a lieu au cours de la saison 2. On commence vraiment à en apprendre plus sur Mount Weather et les Grounders (ces Terriens qui ont survécu aux radiations) : leur culture, leurs coutumes, leur langue.

The 100, c’est aussi du girl power en barres, servi sur un plateau d’argent accompagné d’encore plus de plateaux d’argent recouverts de feuilles d’or, sur lesquels s’entasseraient les intégrales de Buffy et Veronica Mars. Les personnages féminins forts et diversifiés sont très nombreux dans cette série, et ça fait vraiment plaisir à voir : Clarke, Raven, Octavia, Lexa, Indra, Anya, Maya, Monroe, et j’en passe. Si vous me suivez depuis un moment sur le blog, vous avez dû comprendre que c’était un aspect très important dans mon appréciation des séries, films et livres. Les personnages masculins ne sont pas pour autant laissés sur le banc de touche. En fait, tout le monde est traité de la même façon dans cette série, indépendamment de son genre, de son orientation sexuelle ou encore de sa couleur de peau. Un peu comme dans Black Sails en fait. Plus la série avance, plus j’ai l’impression d’y voir comme un Game of Thrones version CW (sans nus frontaux féminins et sans sexe quoi), mais avec beauuuucoup plus de diversité. Et, malheureusement, comme dans Game of Thrones, attendez-vous à voir des personnages mourir, qu’ils soient d’immondes raclures ou vos chouchous, parce que le thème de cette série c’est quand même la survie… Pour rester sur la comparaison avec Game of Thrones : vous voyez ces gens qui surréagissent face aux épisodes de cette série, qui attendent chaque épisode, chaque nouvelle saison, avec toujours plus d’impatience et qui fuient les spoilers comme la peste ? Eh bien, à partir de la saison 2 de The 100, c’est totalement moi. Je me fiche des spoilers en général, mais pas avec cette série. Je me suis retrouvée devant mon écran, à détruire mes coussins et à me dire « MAIS NON MAIS MAIS MAIS ils ont osé !!! » plusieurs fois au cours des saisons 2 et 3. Et dire que je vais devoir attendre 2017 pour la saison 4…

the-100-3
Clarke, Bellamy et Octavia : adolescence et cheveux gras

Bien sûr, The 100 n’est pas une série parfaite, elle souffre de quelques défauts, notamment ceux dont je parlais plus haut en ce qui concerne la première saison. Les évolutions de certains personnages (2 en particulier, au cours de la 2ème et de la 3ème saison) semblent parfois sortir de nulle part et être là seulement pour faire avancer l’histoire dans une certaine direction. Mais, au-delà de ces quelques défauts, The 100 n’a pas peur d’oser ou de mettre ses personnages dans des situations qui semblent sans issue. Ces derniers se retrouvent confrontés à des choix presque impossibles, et leurs actions ne sont pas sans conséquences.

Je vais aborder là l’un des points essentiels de la série : LES CONSÉQUENCES. La mort d’un personnage aura toujours des répercussions, même plusieurs semaines après. Les actions de certains personnages les poursuivront sur une saison entière, voire plus. Un personnage mort n’est pas oublié. Les conséquences sont réelles, tangibles. Cette manière de faire ne plaît pas à tout le monde. Je pense en particulier au cas de Jasper, dont je trouve l’évolution magistrale et parfaitement traitée, mais qui en a cependant fait râler plus d’un. Cette évolution sert à nous rappeler que chacun est différent dans The 100, chacun réagit à sa manière, tout le monde n’est pas fort et indestructible. Je pense qu’on nous a tellement habitués à voir des personnages forts, badass, qui se blindent face aux épreuves qu’ils vivent, qu’en en oublie parfois que ce sont avant tout des êtres humains. Il n’est pas rare de voir les héros de The 100 craquer, et ça semble logique, quand on voit tout ce qui leur tombe sur la tronche. Alors oui, c’est sûr que par rapport à ces séries où les personnages et l’histoire avancent envers et contre tout, ça peut décontenancer. Mais ce parti-pris ajoute une touche de réalisme et nous permet de nous attacher aux personnages et de nous rappeler qu’ils sont avant tout des êtres humains et pas des super-héros.  Je veux dire, même Buffy, la plus badass des badass, craque de temps en temps. (et là on se dit que c’est vraiment la merde. Mais c’est un autre sujet.) Attention : les dilemmes des personnages et les conséquences de leurs actions ne les empêchent pas, ainsi que l’histoire, d’avancer. Ils doivent avancer en faisant avec et en faisant de leur mieux pour les assumer, c’est différent.

13244772_1729640867319679_3684379088110364194_n
Jasper et Monty : les chouchous

En parlant de Jasper, je ne pouvais pas ne pas vous bassiner un minimum avec le duo qu’il forme avec Monty. Ces deux-là sont amis depuis toujours et forment un duo génial. Il s’agit d’une des amitiés de série télé que je préfère. Il faut dire que je suis beaucoup plus sensible aux amitités qu’aux histoires d’amour, que ce soit dans les séries, les films ou les livres. J’oserais presque mettre l’amitié de Jasper et Monty au niveau de celle de Willow, Xander et Buffy. Jasper est, je trouve, le personnage le plus humain de la série et il n’est pas forcément aussi fort que les autres. C’est vraiment celui à qui a le côté le plus humain, voire innocent, de la série. C’est le bon copain, celui qui est toujours là pour les autres, qui fait son petit bonhomme de chemin tranquillement, toujours prêt à aider. Son évolution dans la saison 3 a été une révélation pour moi, tant au niveau du personnage que de Devon Bostick, l’acteur qui l’incarne.

Pour ce qui est des livres, je n’ai lu que le premier tome et, comment dire… j’ai rarement autant regretté d’avoir dépensé 17€90. Voilà. Tous les éléments qui me gênaient dans la première saison de The 100 sont les éléments centraux du bouquin. Octavia n’est bonne qu’à courir après les papillons avec son joli bandeau rouge dans les cheveux, il ne se passe quasiment RIEN de tout le bouquin et tout tourne autour des intrigues amoureuses des personnages : « est-ce qu’il m’aime » « est-ce qu’elle pourra me pardonner un jour » « pourquoi ne m’aime-t-elle pas » « pourra-t-on être ensemble malgré notre différence de statut social ». Oui, parce que dans le bouquin, on a droit à une lutte des classes dans  l’Arche. Je. Pffffffff. Là où la série traite de la survie de ses personnages, de ce qu’ils doivent, peuvent, veulent, faire sur Terre, du pouvoir, de la guerre, le livre se concentre sur les intrigues amoureuses et amasse les clichés. En lisant quelques interviews de Jason Rothenberg, le showrunner de la série, je me suis cependant rendu compte que The 100 était un cas d’adaptation assez particulier. En effet, la série et le livre ont été développés en même temps. Seul le premier tome a réellement servi de base à la série, chaque oeuvre partant ensuite dans sa propre direction. The 100 est donc une série un peu bâtarde, à la fois adaptation mais aussi un peu oeuvre originale.

The-100-season-3-episode-1-road-trip
Jasper, Monty, Miller, Raven et Bellamy

Et c’est tout pour The 100 ! J’espère que cet article vous a plu. J’ai vraiment essayé de ne pas trop en dire sur les dernières saisons, histoire de ne pas vous gâcher le plaisir si vous avez envie de découvrir la série. Si vous la suivez, je serai ravie d’en discuter avec vous dans les commentaires ^^ ! Vous connaissez The 100 ? Que pensez-vous de cette série ? Qui sont vos personnages préférés ? On se retrouver dimanche avec un nouvel article cinéma. Bonne fin de semaine ^^ !

Publicités

9 réflexions sur “The 100. « May we meet again. »

  1. Cette série est l’une de mes favorites ! Je l’adore 🙂 Dommage que la saison 3 soit déjà finie, il ne reste plus qu’à attendre encore de longs mois avant d’avoir la suite…
    A bientôt 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Comme toi, j’étais un peu mitigée en commençant la série. La saison 1 m’avait plu, tout en restant trop centrée sur les intrigues amoureuses super guimauves. Mais les saisons 2 et 3 sont juste géniales ! Comme toi, j’adore les rôles féminins, qui sont aux antipodes des personnages nunuches de d’habitude ! Et j’ai totalement accroché à l’évolution de Jasper, mais aussi de Bellamy. Ceci dit, dans mon cœur, ce sera toujours #teamMonty forever ahah ! 😀 xx

    Aimé par 1 personne

    1. Monty c’est le 2ème chouchou haha ! J’ai eu un peu de mal avec l’évolution de Bellamy, je la comprenais tout en la trouvant quand même trop soudaine, c’était assez bizarre ^^’. Merci pour ton commentaire 🙂 !

      J'aime

  3. Par prudence je me suis arrêtée à ta présentation des personnages car voilà une série que j’ai commencé exactement comme toi… sauf que j’ai abandonné au milieu de la saison 1 ! Du coup tu me donnes envie de lui redonner sa chance, surtout que moi aussi j’ai adoré Veronica Mars… alors même si je sais que ce n’ai pas du tout le même style, je me dis qu’on a des goûts communs 🙂 Je vais commencer par la série, on verra le livre ensuite, mais je suis beaucoup plus bon public en livre, pour ce qui concerne l’adolescence et les triangles amoureux, car je ne suis pas obligée de les entendre minauder ^^ Merci pour ton article !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s