L’Histoire sans fin, Michael Ende. Lettre d’amour au lecteur.

Hello tout le monde !

J’espère que vous avez passé un beau week-end. Aujourd’hui j’avais très envie de vous parler d’un livre, que j’ai d’abord connu à travers son adaptation ciné. Je viens à peine d’en finir la relecture afin d’écrire cet article et, je dois l’avouer, j’ai été une nouvelle fois complètement transportée dans ce monde fantastique. Il s’agit de L’Histoire sans Fin, de Michael Ende.

10649489_10209023810533298_6067852913866877428_n

Here we go !

Bastien est un jeune garçon de 12 ans passionné de lecture. Un jour, il entre dans une librairie et trouve L’Histoire sans fin, un livre ancien. Il ne peut s’empêcher de le dérober et va alors commencer une lecture qui lui réservera bien des surprises…

Une fois n’est pas coutume, une petite citation pour débuter :

« Bref, il y a autant de passions différentes que d’individus.

La passion de Bastien Balthasar Bux, c’était les livres. Qui n’a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore, oublieux du monde alentour, insensible à la faim et au froid – 

Qui n’a jamais lu en cachette, sous sa couverture, à la lueur d’une lampe de poche, parce qu’un père ou une mère ou quelque personne bien intentionnée avait éteint la lumière, dans l’idée louable que le moment était maintenant venu de dormir puisque demain il faudrait se lever tôt –

Qui n’a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu’il allait falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d’aventures, que l’on aimait et admirait, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens –

Celui qui n’a pas fait lui-même l’expérience de tout cela ne comprendra visiblement pas le geste de Bastien. »

Je n’ai pas l’habitude de commencer mes articles par des citations, ni même d’en inclure quand je vous parle de livres. Mais ce passage de L’Histoire sans fin, c’est le genre de citation qui me donne envie d’en faire un poster géant, d’encadrer ledit poster, de l’accrocher chez moi et d’en offrir d’autres exemplaires à mes ami-e-s lecteurs-trices. Tout simplement. Quand j’ai lu ce passage après quelques pages, j’ai compris que j’étais tombée sur un roman qui allait être une ode, une lettre d’amour au pouvoir de l’imagination, et, surtout, AUX LECTEURS. Car c’est clairement de cela dont il va être question tout au long de l’histoire : du lecteur, de l’acte de lecture, de l’imagination.

Pour moi, L’Histoire sans Fin était avant tout un film, découvert toute gamine et qui fait partie de mes films de chevet. J’avais entendu dire qu’il s’agissait d’une adaptation, mais je l’avais complètement oublié. Ce n’est que quand je suis tombée par hasard sur le livre que j’ai décidé de me lancer dans cette lecture. Et que dire, sinon que le coup de cœur a été IMMENSE. Comme je le disais, L’Histoire sans  Fin est une véritable déclaration d’amour à tous les lecteurs et toutes les lectrices de ce monde. Bastien, notre héros, vit ce que, personnellement, j’ai toujours voulu vivre quand j’étais gamine et que je lisais des livres : il se retrouve littéralement plongé dans cette histoire, rencontre les héros de cette dernière, et en écrit même quelques chapitres. Que demander de plus ? On suit 2 histoires de manière simultanée : celle de Bastien, qui lit L’Histoire sans fin. L’autre récit est celui de L’Histoire sans fin, le roman : le Pays Fantastique est en grand danger, le Néant le détruit petit à petit et la Petite Impératrice se meurt… Elle confie alors une mission à Atreju, un jeune garçon. Il devra trouver le remède qui pourra sauver la Petite Impératrice. Atreju s’engage alors dans une quête au cours de laquelle il fera de nombreuses rencontres…

IMG_20160402_150450[1]

Et on arrive à ce que je trouve génial et que j’ai préféré dans ce livre : j’ai dû vous faire un 2ème résumé ! Les histoires de Bastien et du Pays Fantastique vont se mêler petit à petit, au fur et à mesure de l’immersion de Bastien dans ce roman. Immersion au sens littéral du terme donc. En fait, nous  SOMMES Bastien qui lit L’Histoire sans fin, et Bastien est le lecteur en chacun de nous. Avec ses qualités et ses défauts. Parce oui, Michael Ende ne fait pas de cadeau à son personnage principal, qui rêve d’être le héros de cette Histoire sans fin, au risque d’en oublier sa propre vie et de s’oublier lui-même. Atreju et le dragon Fuchur seront là pour lui servir de garde-fou, de conscience. Parce qu’avoir de l’imagination à revendre c’est bien, mais il ne faut pas pour autant en oublier la « vraie » vie. C’est quelque chose que Bastien apprendra tout au long du récit : réussir à trouver le bon équilibre entre avoir les pieds sur terre et la tête dans les nuages.

Le livre compte 26 chapitres, comme les 26 lettres de l’alphabet. Et chaque chapitre commence par la lettre qui lui correspond : A pour le 1er chapitre, B pour le 2ème et ainsi de suite. Un soin tout particulier a été apporté à  ce qui pourrait avoir l’air de petits détails, mais je trouve que cela apporte une nouvelle dimension au récit. Le fait d’attribuer chaque lettre de l’alphabet dans l’ordre, à chaque chapitre, renforce l’idée qu’on va suivre une histoire bouclée, avec un début, un milieu et une fin. Et, en même temps, nous rappelle que ces 26 petites lettres permettent aux auteurs de créer un nombre illimité d’histoire : c’est un très beau clin d’œil au pouvoir de l’imagination. L’Histoire sans fin peut se lire à plusieurs niveaux, à tous les âges. Ces aspects me donnent envie de le rapprocher de livres comme Le Petit Prince ou A la croisée des mondes. Je ne veux pas trop vous en dire sur l’histoire, si vous avez vu le film, sachez que les 2 premiers sont fidèles au roman dans les grandes lignes. Sinon, je préfère vous laisser la surprise de la découverte.

Je ne peux que vous conseiller de lire L’Histoire sans fin : une magnifique histoire avec un côté méta que j’aime énormément, une déclaration d’amour aux lecteurs, à la lecture, à l’imagination. Que demander de plus quand on est lecteur ? Pas grand-chose je pense. Et vous ? Avez-vous lu L’Histoire sans fin ? Avez-vous vu le film ? Qu’en avez-vous pensé ? J’espère avoir pu vous donner envie de dévorer ce très beau livre. On se retrouve demain pour le rendez-vous livresque du lundi. Bonne fin de week-end ^^ !

Publicités

3 réflexions sur “L’Histoire sans fin, Michael Ende. Lettre d’amour au lecteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s